MAK

Volltext: France - Commission supérieure: Rapports - Exposition Universelle de Vienne en 1873, Tome III

n EXPOSITION UNIVERSELLE DE VIENNE. 
Elle compte 1/170 ouvriers et (i machines a vapeur reprdsentant 1 96 che- 
vaux de force. 
M. C. Marzell, a Dammi, pres Aschaffenburg, Baviere, a exposd des 
ohjets en gres et en porcelaine. Gelte fabrique, l’une des plus auciennes, 
est la troisieme creee depuis celle de Meissen. Ses produits en porcelaine 
consistent principalement en groupes, figures, etc., obtenus avec les 
anciens moules de Saxe et destines ä l’Orient, et en divers objets parmi 
lesquels nous citerons des tasses ä cafe pour l’Orient, remarquables par 
leur bon marchd (i5 Centimes la tasse). 
M. Müller (Freddric-Charles), de Stutzerbach , Saxe, fabrique des vases 
et appareils en porcelaine ä l’usage des pharmaciens et des chimistes, 
mortiers a pilons plats, vases ä decantation, cornues, etc. Ces objets sont 
interessants par leurs formes et leurs dimensions, qui rendent leur usage 
eminemment pratique. 
Nous signalerons aussi une collection assez considerable de plaques de 
porcelaine decorees pour tableaux ou pour bijoux, representant des ani- 
maux, ou bien peintes d’apres les originaux de Murillo qui sont ä Munich. 
Getto industrie, concentree en Thuringe, ä Gobourg et ä Gotha, est digne 
d’attention. Elle vulgarise les oeuvres des grantls maitres, tandis que, dans 
d’autres pays, eile est consacree a la reproduction d’objets d’un goüt 
douteux. Enfin eile fournit un travail suffisamment remunerateur en 
deliors de la fabrique, surtout aux femmes, en les pr&servant des dangers 
de l’atelier. 
M. Pfeil, de Charloltenbourg, Brandenbourg, avait envoyd un inven- 
laire des couleurs vitrifiables de sa fabrique fondee en i83o, et qu’il 
prepare presque entierement pour la consommation en Allemagne. 
Les nulres etablissements qui avaient expose de la porcelaine dure 
sont : 
En Russie, la Manufacture imperiale de Saint-Pelersbourg : objets di 
vers en porcelaine, vases-jardinieres, plateaux decores avec peintures, 
figures enbiscuit, etc. 
Cet dtablissement, fondd en 17/t/i, possede une machine a vapeur de 
1 a chevaux, quatre fours a porcelaine, six moufles, emploie 23o ouvriers 
et fabrique par an des produits d’une valeur de 100,000 roubles. 
En Belgique, Hermann et Laurent, ä Quaregnon (pres Mons-Hainaut), 
qui fabriquent les abat-jour et autres appareils d’eclairage en porcelaine 
dite Uthophanique. 
En Italic, le marquis de Ginori. 
En Portugal, M. Bastos (Ferrenas Pintos), a Altavo (Aveno). (;elte
	            		
15 CERAMIQUE ET VERRERIE. porcelaine vient de la fabriqae de Vista-Alegre, fondee eu i8a5. Le per- sonnel se compose de 110 hommes, 5o femmes et 10 enfants. En Hongrie, une exposition tres-interessante etait celle de M. Fwdffr • ' ' ' M. Fischer a monte, au milieu des forets de la Hongrie, une fabrique de porcelaine dans laquelle il occupe une soixantaine d’ou- vriers. II s’applique surtout a imiter les diflercnts genres de porcelaines anciennes et modernes de tous les pays: porcelaines chinoises, japonaises, vieux Sevres; toutes ces productions sont assez fideles et assez bien reus- sies; mais cest surtout dans 1 Imitation du vieux Saxe qu' 11 est arriv^ au meilleur resultat, et ses Services de Saxe ont remarques ä Paris et a Londres. Cette fabrique est surtout curieuse par la vari^te de ses produils et le parti que M. Fischer a su tirer, comme production et comme decora- tion, du peu de ressources qu’il trouve autour de lui. II FAÜENCES FINES. Deux fabriques francaises importantes avaient envoye a Vienne des produits de faience fine : celle de Clioisy-le-Roi et celle de Gien. La fabrique de Clioisy-le-Roi, dirig^e par M. Hippolyte Roulenger, est exclusivement consacr^e a la production de la faience line industrielle, c est-ä-dire des objets destinds ä la consommation courante. Son exposi- lion ne doit donc pas etre jugee au ineme point de vue que les exposi- tions de faiences dart au milieu desquelles eile se trouvait enclavee, et a cotd desquelles, pour les gens du monde, eile pouvait paraitrc ne se com- poser que de produits d’une valeur inferieure. Dans une faience d’art, cn eflet, le cote arlistique est presque tout, et le prix disparait devant le merite de l’oiuvre. Dans la faience industrielle, destinee ä l’usage et exposde a l’u- sure, il laut la qualite de la faience, c’est-a-dire la beautd et la solidite, et, de plus, il faut la produire a bon marche. Le fabricant de faience fine doit composer sa pate et son vernis, donner ä la pate la forme voulue, la decorer et la cuire, et la livrer ensuite toute fabriquee ä un prix aussi bas que possible, quoique remunerateur. On ne peut arriver il ce resultat que par l’emploi des machines, et grace ä un outillage special et extremement nombreux, en rapport avec l’enorme quantite de pieces que l’on doit fa- briquer.Or toutes ces conditions exigent, pour etre realisees, des installa- tions de premier ordre et des capitaux considerables. La fabrication de faience fine a pris en Angleterre un developpement immense et donne lieu a un tres-grand commerce d’exportation. Elle y
Waiting...

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzerin, sehr geehrter Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.